« Le Clan des Divorcées » passe par le Gard et les Bouches-du-Rhône

29 février 2024 à 9h25 par Corentin Aubry

Le spectacle, vu par des millions de spectateurs depuis sa création, sera en représentation le 8 mars à Nîmes et le 9 mars à Graveson. Un spectacle en partenariat avec RTS.

Le clan des divorcées
Le clan des divorcées
Crédit : Le clan des divorcées

« Le Clan des Divorcées », la comédie culte vue par 3 millions de spectateurs

 

C'est une comédie qui, depuis sa création il y a 20 ans, a fait rire des millions de spectateurs. « Le Clan des Divorcées », pièce de théâtre devenue culte, continue de susciter passions et engouement. Elle sera jouée prochainement au Novotel Atria de Nîmes le 8 mars et à l'Espace culturel de Graveson le 9 mars. Entretien avec Eric Collado, qui y tient le rôle principal.

 

RTS : La pièce existe depuis 20 ans. Elle a été vue par des millions de personnes. Quelle est la recette d'un tel succès ?

Eric Collado : Cette pièce est un conte de fées moderne mettant en scène trois femmes partageant un appartement en colocation et qui se lancent à la recherche du grand amour. Vont-elles le trouver ? Pour le savoir, il faut venir nous voir… Comme l'a dit un journaliste, au tout début de la vie de la pièce, il n'y a qu'un rire dans le clan des divorcées, et il dure une heure et quart.

RTS : Vous jouez le rôle de l'une des trois femmes ?

E.C : Oui, je suis Brigitte de Tarbes. Une femme rurale qui a passé quelque temps de sa vie à Clermont-Ferrand avant de monter à Paris et de s'installer avec Stéphanie d'Humily de Malanpry, la propriétaire de l'appartement. Nous sommes ensuite rejoints par une Anglaise, Mary Bybowl, jouée par Lucie Peltier, une nîmoise d'ailleurs. J'ai repris le rôle cette année, mais je l'ai joué 2 000 à 3 000 fois à Paris et en tournée.

RTS : Comme tout, l'humour évolue au fil du temps. Comment faites-vous en sorte que le spectacle reste d'actualité ?

E.C : Parce que le rire est magique et qu'il peut traverser le temps. Et quand une histoire est bonne, elle le reste.

RTS : Donc même si on a vu votre spectacle il y a 3, 5, 10 ans, on peut venir le revoir ?

E.C : Vous pouvez voir la pièce à Nîmes. À Graveson, ce ne sera pas la même chose. Ce sera la même histoire, mais la magie du spectacle vivant opère. Il nous arrive de rebondir sur l’actualité mais la pièce se suffit à elle même.

RTS : Est-ce pour tout public ?

E.C : Oui. Mais c'est plus adapté aux adultes et aux jeunes mariés qu'aux enfants. Ce n'est pas non plus « Mickey chez les indiens » (rire) !

 

Le pitch

 

« Trois femmes divorcent et partagent le même appartement : Stéphanie d'Humilly de Malanpry, la bourgeoise, Mary Bybowl, l'Anglaise délurée, et Brigitte, la rurale. » Stéphanie d'Humily de Malanpry, une bourgeoise qui vient de quitter un berger ardéchois, décide de changer de vie en partant s'installer à Paris.

Pour vivre dans son grand appartement, elle cherche deux colocataires ; elle va les trouver sous les traits de deux autres femmes divorcées : Mary Bybowl, une Anglaise un peu délurée qui vient de quitter un homme de plus, et Brigitte, la rurale qui divorce également.

Ces trois femmes aux caractères et statuts sociaux différents vont traverser cette épreuve en se soutenant mutuellement.

Une comédie d'Alil Vardar.

 

Infos pratiques

 

À découvrir au Novotel Atria de Nîmes le 8 mars et à l'Espace culturel de Graveson le 9 mars. Les deux dates à 21h. Réservation dans les points de vente habituels, notamment auprès de Vincent Ribera Organisation. Un spectacle en partenariat avec RTS.

A noter « Le Clan des Divorcées » sera également visible en avril près de la Méditerranée : le 19 au Patio de Camargue d'Arles et le 20 au Palais des Congrès du Cap d'Agde.