Montpellier : un plan pour lutter contre la pollution lumineuse

Alors que la pollution lumineuse a augmenté de 30 % ces 20 dernières années, la métropole met en place un plan lumière pour optimiser l'éclairage public. Sept axes de la métropole sont concernés, après une expérimentation concluante lancée en octobre dernier.

2 mai 2022 à 8h30 par Corentin Aubry

Lumières
Crédit: Photo d'illustration - Pixabay

Extinction totale depuis le 25 avril

Engendrée majoritairement par l’éclairage public et les millions de lampadaires qui éclairent nos rues, la pollution lumineuse fait partie de notre quotidien. Encore méconnue par le grand public, cette pollution a pourtant des conséquences néfastes sur la santé des hommes et des autres espèces vivantes. Pour tenter de diminuer le problème, les collectivités imaginent différentes solutions, du renouvellement du parc de lampadaires (comme à Lodève par exemple), à la suppression totale ou partielle de l’éclairage la nuit. À Montpellier, une expérimentation inédite a été lancée le 25 octobre 2021, avec l'extinction en cours de nuit de l'éclairage public sur des axes routiers de la Métropole pendant 6 mois. À l'issue de cette première phase et du bilan concluant qui en est ressorti, la seconde étape a été mise en œuvre le 25 avril dernier, avec l'extinction totale durant toute la nuit de l'éclairage public sur ces mêmes axes.

À Montpellier :

  • Avenue de Grammont : section entre le rond-point du Zénith et le carrefour Albert Einstein
  • Avenue Pierre Mendès-France : trémie sous le rond-point du Zénith + section courante jusqu’au rond-point Evariste Galois
  • Avenue Vincent Auriol : section courante depuis l’entrée de ville côté Montferrier-sur-Lez jusqu’au rond-point à l'intersection avec la rue des 4 Vents
  • Avenue Pablo Neruda / Liberté / Échangeur SPAAK : avenue Pablo Neruda/Liberté dans sa section courante depuis le rond-point avec Professeur Blayac jusqu’au carrefour Willy Brandt, ainsi que les voies de l’échangeur Willy Brandt
  • Avenue de la Recambale : dans sa section courante depuis la fin de l’échangeur avec l’avenue de la Liberté jusqu’aux cuisines centrales

Sur les communes limitrophes :

  • Boulevard Philippe Lamour (Castelnau-le-Lez)
  • RD65E1 (Castelnau-le-Lez)
  • RD65 (Clapiers + Montferrier- Sur-Lez)

Outre la diminution de la pollution lumineuse et de ses bienfaits pour l’environnement, cette seconde phase sera aussi bénéfique pour le contribuable : 96 000 KWh d'économies annuelles pour l'environnement sont attendues, soit 47 500 € économisés/an.

Des lampadaires rouges dans un nouveau lotissement de Pézenas

D’autres dispositifs encore plus originaux existent pour protéger la biodiversité de la pollution lumineuse. Non loin de Montpellier, à Pézenas, une expérimentation a été menée fin mars dernier sur un parking de la ville, en vue d’une possible généralisation du dispositif sur l’ensemble d’un lotissement en projet. Il s ‘agit d’équiper les lampadaires d’une lumière rouge, et non blanche ou orange comme partout en France. Cette couleur serait en effet celle qui aurait le moins d’impact sur la biodiversité. Pézenas pourrait devenir la première commune française à expérimenter cette technologie sur toute la zone du futur quartier Saint-Christol, qui devrait compter 655 logements et 1200 habitants d’ici 2032.