Haute-Garonne: le département va expérimenter un revenu de base pour les jeunes

Un revenu de base pour les jeunes va être expérimenté l'année prochaine en Haute-Garonne. Le président du Conseil départemental Georges Méric l'a confirmé ce mardi 28 septembre. Un test qui concernera un millier de 18-24 ans, étudiants, travailleurs ou sans emploi qui seront tirés au sort et qui toucheront jusqu'à 500 euros mensuels.

29 septembre 2021 à 10h25 par Corentin Aubry

Revenu de base

Un revenu pour « se loger, se nourrir, mais aussi se cultiver »

 

En l’absence d’une loi d’expérimentation, dont l’Assemblée nationale a refusé de débattre, le Département de la Haute-Garonne a malgré tout décidé de mettre en œuvre un projet expérimental de revenu de base qui concernera 1 000 jeunes sur le territoire. « La situation des jeunes de moins de 25 ans, exclus du RSA et durement impactés par la crise sanitaire, est plus que préoccupante. Dans ce contexte, nous ne pouvons plus attendre après un gouvernement, qui se contente d’effets d’annonce. En Haute-Garonne, nous voulons être le premier département à faire la démonstration qu’un revenu de base pour les jeunes est possible et souhaitable », justifie Georges Méric, le président du conseil départemental de la Haute-Garonne. Les jeunes seront tirés au sort, afin de constituer un panel représentatif. Des jeunes scolarisés (étudiants, apprentis), des non scolarisés, des actifs, et des demandeurs d’emploi. Cette allocation, versée directement aux jeunes, sera dégressive en fonction des revenus du foyer fiscal de référence. En cas d’absence d’activité, d’études ou de formation, ce revenu entraînera un engagement citoyen de la part des jeunes.

 

Une expérimentation pour « pallier les carences du système social actuel »

 

Cette expérimentation sera lancée à partir de mars 2022. Elle durera 18 mois, et sera entièrement financée par le conseil départemental, pour un budget de 9 millions d’euros maximum. L’objectif de ce revenu de base est de démontrer les effets d’un revenu d’existence sur la vie des jeunes, et de pouvoir à terme, inciter les instances nationales à prendre une décision similaire globalisée. Une volonté du conseil départemental de donner un coup de pouce aux jeunes, parmi les premières victimes du ralentissement de l’économie pendant la crise du Covid-19 : selon un rapport de la Fondation Abbé Pierre, remis fin janvier 2021, 43 % des jeunes de 18 à 24 ans ont une situation financière de plus en plus dégradée.