RÉOUVERTURES : LES RESTAURANTS SANS MAIN-D'ŒUVRE ET LES DISCOTHÈQUES DANS LE FLOU

10 mai 2021 à 8h35 par ALEXIS VIVIER

resto
resto
Crédit: Illustration Pixabay

Alors que l'on connaît le nouveau calendrier de réouverture, les restaurateurs sont à la recherche de leurs futurs saisonniers. Zoom aussi sur un secteur au fond du trou : celui du monde de la nuit.Les restaurants toujours pas sorties de la galère

La reprise pour les bars et restaurants est prévue à partir du 19 mai. Le retour de tout un secteur qui s'organisera en plusieurs temps. Dans 15 jours, seulement pour les terrasses des établissements. Puis il faudra attendre le 9 juin pour retrouver les services en salle, avec des jauges limitées. Et bien sûr, tout ça est suspendu à la situation sanitaire de chaque département. 

Mais une fois ce calendrier annoncé, d'autre problèmes viennent désormais se poser, celui du recrutement ou encore les difficultés pour se réapprovisionner chez certains fournisseurs. Les serveurs, cuisiniers, maîtres de salle et commis de cuisine sont au chomage partiel pour beaucoup d'entre eux. Et certains, ont même décidé de rendre leur tablier. Une nouvelle difficulté pour les professionnels. Un phénomène qui existait par le passé, mais qui s'amplifie en 2021.

Brice Sannac, le président de l'UMIHdans les Pyrénées-Orientales,

Les discothèques : encore les grands oubliés

Le secteur de l'hôtellerie-restauration a subi de plein fouet cette crise du Covid. Les discothèques encore plus. Les dépôts de bilans sont nombreux alors qu'ils n'ont toujours pas de date de réouverture. On comptait 3.500 établissements en France en mars 2020. Il n'y en a plus que 1.500. Et leur activité va rester à l'arrêt après le 30 juin. Emmanuel Macron l'a confirmé jeudi. 

Écoutez le président de l'UMIH dans les Pyrénées-Orientales, Brice Sannac qui ne cache pas son pessimisme pour le secteur et pas seulement :

Brice Sannac, le président de l'UMIH PO


Brice Sannac, le président de l'UMIHdans les Pyrénées-Orientales,
Brice Sannac, le président de l'UMIHdans les Pyrénées-Orientales,
Crédit: Brice Sannac, le président de l'UMIHdans les Pyrénées-Orientales,