Lunel : un aperçu de la vie dans les cachots au musée de la tour des prisons

En plein cœur du centre-ville de Lunel, juste à côté de l’office de tourisme, ce musée invite les visiteurs à se plonger dans l’univers de cette ancienne prison. Objets, graffitis, messages et dessins émouvants nous en disent plus sur la vie des détenus dans les cachots, du XVIe siècle au début du XXe.

11 février 2022 à 8h30 par Corentin Aubry

Le musée de la tour des prisons
Tous les vendredis à 8h30, Corentin, vous dévoile des idées insolites à découvrir en Occitanie.
Crédit: ot-paysdelunel.fr

Les murs, témoignage du passé



L’édifice accueillait jusqu’en 1917 des détenus condamnés à de courtes peines (1 semaine à 2 mois). Leurs condamnations étaient variées, « vagabondage, mendicité, défaut de papier ou de titre de voyage, vols, faux en écriture, escroqueries, dettes, prostitution, outrages à la pudeur et insultes aux représentants des forces de l’ordre » selon l’office de tourisme Pays de Lunel. On y dénombre « plus de 50 signes religieux ou représentations schématisées d’objets liturgiques : croix latines, grecques, pattées, globes crucifères, calvaires et ostensoirs. Des prières ont été gravées dans la pierre, implorant la protection de Dieu, ainsi que la bienveillance de Marie et de Saint-Jean Baptiste ».

Plus de 300 graffitis



On y découvre aussi de nombreux autres graffitis, messages et dessins émouvants. L’office de tourisme détaille : « 52 détenus ont gravé leur nom ou prénom. Une dizaine d’inscriptions clament l’injustice, la souffrance ou adressent des messages personnels avec une orthographe souvent incertaine. Les dessins sont variés : portraits, profils, motif géométrique, croix, cœur, dessins à caractère pornographique, oiseau, cygne, roseau, palme (plus rares), chaloupes, silhouettes... » On y trouve aussi de nombreux objets retrouvés dans les latrines, l’endroit où les détenus faisaient leurs besoins naturels, comme des jetons, billes, coupures de journaux, cordes, pipes en terre cuite ou des ciseaux notamment. On y apprend aussi davantage sur les conditions de vie de l’époque en prison, à travers notamment des anecdotes sur leur alimentation. Le musée de la tour des prisons se visite tous les jours, aux horaires d’ouverture de l’office de tourisme. Un conseiller vous prêtera une lampe torche pour bien éclairer les cachots et découvrir les nombreux graffitis. Une visite insolite à environ 40 minutes de Nîmes et Montpellier, 1 h 20 de Narbonne et 2 h 00 de Perpignan.