Actualités régionales

Accord européen pour répartir les migrants de "l'Ocean Vikings"

23 août 2019 à 11h10 Par Loïc Tournier
L'équipage du navire humanitaire "Ocean Vikings" lors d'une opération de sauvetage de 85 migrants.
Crédit photo : Anne CHAON / AFP

Mardi 20 août, 83 migrants venus de Libye qui étaient à bord de l'Open Arms (le bateau de sauvetage espagnol) ont débarqué à Lampedusa en Sicile. Pendant ce temps, 356 personnes sont toujours en mer à bord de l'Ocean Vikings, le bateau d'SOS Méditerranée. Alors que ce dernier attendait d'avoir accès à un port européen, une solution vient d’être trouvée

Voilà maintenant 15 jours que plusieurs centaines de migrants ont été recueilli par le bateau de sauvetage affrété par SOS Méditerranée et Médecins sans frontières. Depuis le 9 août, l'embarcation est en attente dans les eaux internationales entre Malte et l'Italie. Les autorités maltaises lui ont refusé l'accès à un port. De son côté, l'Italie, par son ministre de l'Intérieur Matteo Salvini n'a pas répondu aux requêtes transmises par les ONG françaises. Avoir un port où les migrants seront en sécurité est une obligation comme l'explique Jean Pierre Lacan administrateur d'SOS Méditerranée à Sète.

Impossible d'aller en Libye

Avec ses 69 mètres de long, 15 mètres de large, un conteneur climatisé pour servir d'abri, une unité médicale à bord avec salle d'opération, réserve en eau et vivres, l'Ocean Vikings peut rester en mer un certains temps. Toutefois, selon la Convention internationale sur la recherche et le sauvetage maritimes "Les autorités gouvernementales responsables devraient tout mettre en œuvre pour que les survivants qui se trouvent a bord du navire soient débarqués le plus rapidement possible". Pour Jean Pierre Lacan, il faut agir vite, car la situation est tendue sur le bateau. 

Situation Ocean Vikings

La France va accueillir 150 migrants de l'Ocean Vikings 

Le problème pour l'instant résidait dans la mésentente entre les pays de l'Union européenne, sur le nombre de migrants que chacun va accueillir. "Malte serait d'accord pour accepter le débarquement de l'Ocean Vikings à son port, mais à la seule condition que les migrants soient ensuite répartis dans différents pays de l'UE, mais les négociations n'en finissent pas" explique Jean Pierre Lacan. Pour lui, la solution serait un accord de répartition solidaire automatique. 

Accord pays européens

La France est donc prête à accueillir des migrants, mais pas le navire. La raison, l'invocation du fait que le port d'accueil doit être le plus proche de la zone de sauvetage. Si il n'est fait aucune mention dans la Convention internationale sur la recherche et le sauvetage maritimes que le lieu le plus sûr est forcément le plus proche géographiquement, il faut qu'un lieu sûr soit fourni dans un délai raisonnable.

Une solution vient doonc d'être trouvée ce vendredi midi. Le Portugal, la France, l'Allemagne, la Roumanie, le Luxembourg, l'Irlande vont acceuillir des migrants. Ces derniers présents à bord de "l'Ocean Vikings" vont être transférés sur un bateau militaire maltais, amenés sur terre et répartis entre les différents pays énumérés ci dessus, a annoncé Jospeh Muscat le premier ministre Maltais.