Actualités régionales

André Viola, le président du Département de l'Aude annonce sa démission

29 mai 2020 à 17h30 Par Laurent Aubry
Crédit photo : aude.fr

André Viola évoque une décision « mûrement réfléchie ». Il transmettra sa démission le 18 juin à la préfète de l'Aude. Il restera cependant conseiller départemental.

La décision a été rendue publique aujourd'hui. André Viola, conseiller départemental depuis près de 20 ans et président du Département depuis 2011, veut se consacrer à d'autres engagements dans le développement durable et la coopération internationale. C'est Hélène Sandragné, vice-présidente qui doit lui succéder le 2 juillet prochain.

André Viola a adressé un communiqué dans lequel il explique les raisons de ce départ:

« Je ne quitte pas la politique, a expliqué André Viola, mais après bientôt 10 ans* comme président du Département de l’Aude, je souhaite donner une nouvelle orientation à mon engagement, plus conforme à mes envies et à mes objectifs actuels. Je veux faire pleinement mienne la maxime « penser global, agir local ». C’est pourquoi j’ai décidé de quitter la présidence du Département. Il faut savoir (se) renouveler. » 

C’est à la fois sur ses mandats locaux, comme conseiller municipal de Bram et à la communauté de communes Piège, Lauragais, Malepère qu’André Viola a décidé de se concentrer tout en se donnant les moyens d’assumer deux mandats à l’international tournés vers le développement durable et la coopération internationale. En effet, il a été élu président de la délégation française du comité européen des régions en début d’année. Il est aussi membre du bureau du conseil mondial de Cité et Gouvernements Unis Locaux, l’ONU des collectivités territoriales. 

UNE DÉCISION RETARDÉE PAR LA CRISE SANITAIRE 

« J’ai dû, du fait de mes responsabilités au Département, refuser beaucoup de missions. Or, je ne peux ni ne veux faire les choses à moitié, ce n’est pas dans ma nature » a déclaré André Viola. « J’avais prévu d’annoncer ma décision après les élections municipales mais la crise sanitaire liée au covid 19 a rendu cela impossible. Aujourd’hui, la situation reste préoccupante mais la sortie du confinement le 11 mai, la nouvelle étape que nous allons franchir le 2 juin, me permettent de quitter mes fonctions sans déstabiliser la collectivité dans cette période. Je n’ai pas d’inquiétude : les équipes ont démontré une fois de plus faire leur capacité à se mobiliser face à la crise et sauront continuer à agir aux côtés des Audoises et des Audois. ». 

« JE NE SUIS PAS ATTACHÉ AUX HONNEURS » 

Revenant sur le mandat, André Viola a affirmé être « fier de ce qui a été accompli. Je suis convaincu que l’engagement et l’action du Département autour des quatre transitions : 

écologique, démocratique, territoriale et sociale porteront leurs fruits et offriront une base solide sur laquelle nous appuyer pour répondre de façon innovante à la crise qui nous bouleverse actuellement. Je suis toujours aussi déterminé et engagé pour l’Aude et pour les Audois.es. Ma place dans l’équipe ne change rien à l’affaire. Je ne suis pas attaché aux postes ni aux honneurs. C’est l’enjeu qui me motive. Pas la médaille. » 

SUCCESSION 

Concernant la succession aux fonctions présidentielles, André Viola a rappelé, comme il l’avait évoqué dans son discours à l’occasion de la remise de la Légion d’honneur, que « la première des choses à laquelle doit penser un élu après son élection, c’est à qui va lui succéder. Je pense qu’aujourd’hui Hélène Sandragné est la mieux placée pour me succéder. Elle a toutes les compétences requises, elle maîtrise parfaitement les dossiers et sera, je le sais totalement investie dans la mission. Mais c’est à l’assemblée départementale que revient le soin de choisir celui ou celle qui deviendra président.e.» Le groupe majoritaire désignera donc son candidat en fin de semaine prochaine. L’élection officielle aura ensuite lieu en session le 2 juillet prochain. « Je ne quitte pas la politique, a-t-il conclu. Je passe le témoin. » 

* Elu conseiller départemental pour la première fois en 2001, il a succédé à Marcel Rainaud comme président du Département en mars 2011, fonction à laquelle il a été réélu en mars 2015.