Actualités régionales

Aude : du crottin de cheval pour fabriquer du papier

25 septembre 2020 à 08h40 Par Corentin Aubry
Tous les vendredis à 8H30, retrouvez une idée de sortie insolite dans la région avec Corentin.
Crédit photo : Moulin à papier de Brousses-et-Villaret

Le dernier moulin à papier de la région, situé à Brousses-et-Villaret, propose des visites commentées sur l'histoire du papier et sa fabrication. On y découvre notamment que la cellulose, premier élément du papier, peut être extraite des excréments de certains animaux.

Six générations de papetiers

Alors que le village de Brousses comptait en 1845 sept moulins à papier, la petite commune située au pied de la montagne noire n’en compte aujourd'hui plus qu’une. Elle est d’ailleurs la seule en activité dans toute la région Occitanie. Prospères au cours du 18e siècle, les moulins à papier ont quasiment tous fermés les uns après les autres le siècle dernier. Ici, la fabrication se transmet de génération en génération : elle est aujourd’hui la 6e à faire vivre ce savoir-faire ancestral, qui permet la création de papiers de différents formats, épaisseurs et grains, utilisés pour tout art graphique : l'écriture, la calligraphie, le dessin, l'aquarelle, la typographie, la reliure, la gravure, l'encadrement, l’impression typographique, la photographie et l’imprimante jet d’encre…
La fabrication du papier est une technique qui consiste à transformer de la fibre de cellulose en une feuille plus ou moins rigide. Jusqu’à la moitié du 19e siècle, le papier est fabriqué exclusivement à partir de cordages et vieux chiffons (lin, chanvre, coton).
Aujourd’hui, le moulin à papier de Brousses utilise des chiffons de coton pour les papiers de couleur. Le papier blanc, lui, est réalisé à partir de celluloses de lin, chanvre et alfa. Sont utilisées aussi la cellulose de paille de riz, de posidonie, de rafles de raisins et d’autres végétaux, dont le crottin de cheval. À l'instar des ânes et des éléphants, les équidés n’ont pas la capacité de digérer la cellulose et la rejettent. Les papetiers peuvent donc la réutiliser pour fabriquer du papier, qui fera ensuite le bonheur des clients du moulin : la plupart d’entre eux sont des amateurs, graveurs, peintres, et éditeurs, à la recherche du papier idéal pour leur création.

moulin-papier2.jpg (175 KB)

Histoire, techniques et machines anciennes

Il faut environ une heure pour faire la visite commentée du moulin. On y découvre les machines anciennes (piles hollandaises, meuleton) et les moteurs hydrauliques (roue à augets, turbine). Un véritable retour dans le temps à la découverte de l’histoire du papier, les techniques de fabrication, et le fonctionnement des machines. Quelques vidéos complètent les informations données par le guide. Il est même possible de fabriquer ses propres feuilles de papier. Sur réservation, il est même possible de s’initier à l’impression monotype, via un atelier. Chacun dépose des encres sur une plaque de zinc puis réalise l'impression avec la presse à bras. La visite est adaptée aux adultes comme aux enfants. Construit entre rivière et forêt, le moulin de Brousses se situe dans un cadre propice à la balade et au pique-nique. À 30 minutes de Carcassonne, et 2 h de Montpellier et Perpignan.