Toulouse : La WeCard, une carte de visite connectée et écolo

Il suffit de la scanner sur le smartphone de son interlocuteur pour transmettre toutes ses coordonnées. Wemet, une start-up toulousaine, développe la WeCard, une carte de visite nouvelle génération, qui permet d’en finir avec les vieilles cartes de visite en papier. Une initiative qui séduit de plus en plus d’entreprises.

26 novembre 2021 à 10h32 par Corentin Aubry

WeCard
Tous les lundis à 8h30 dans "Bonjour le Sud", retrouvez la chronique environnement de Corentin.
Crédit: WeCard

Une carte à l’utilisation simple et illimitée

Elles ressemblent à une carte bancaire, que l’on peut ranger comme toutes les autres cartes dans son portefeuille. En PVC ou en bois, les WeCard sont personnalisées aux couleurs et à l’identité des entreprises. Elles ont aussi l’avantage d’être simples d’utilisation : aucune application n’est nécessaire pour le transfert. Il suffit juste de la coller au téléphone de son interlocuteur, la technologie générant une fiche de contact, grâce à la NFC ou à un QR Code. Résultat, 8 000 WeCard ont été vendues en l’espace d’un peu plus d’un an seulement. Des grandes structures comme Vinci Autoroute ou les laboratoires Pierre Fabre, qui veulent mettre fin aux vieilles cartes de visite, ont été séduites par le concept. Son prix d’achat varie de 30 à 50 euros par salarié, ce qui représente également une économie pour les entreprises.

Une économie de papier conséquente



Cette solution est aussi vertueuse pour l’environnement. L’idée de base chez Wemet était de transformer la carte de visite papier, un objet désuet et plus trop à la mode, en « un objet connecté et écoresponsable ». C’est d’ailleurs sur ce constat là qu’est née l'entreprise il y à peine plus d’un an. « 10 milliards de cartes de visite sont fabriquées chaque année dans le monde, et 8 milliards sont jetés dès la première semaine » explique Samuel Dassa, le fondateur de la start-up toulousaine. La WeCard, qui est évolutive, ne se jette pas, et permet donc de réduire considérablement cet outil corporate jusque là beaucoup trop polluant, une WeCard pouvant remplacer jusqu’à 500 000 cartes en papier. Un geste « pragmatique pour l'environnement » qui séduit de plus en plus de structures : WeMet espère tripler voire quadrupler ses ventes d’ici à la fin de l’année prochaine.