Covid-19 : dès ce vendredi, les tests ne sont plus systématiquement remboursés

Une nouvelle étape dans le long feuilleton du Covid, notamment pour les soignants, qui doivent aujourd’hui, être à jour de leurs vaccins. Et aussi la fin de la gratuité totale des tests de dépistage, sauf dans certains cas.

15 octobre 2021 à 10h49 par Corentin Aubry

Covid-19

Près de 9 millions de tests RT-PCR et antigéniques réalisés en Occitanie


« Il n'est plus légitime de payer des tests de confort à outrance aux frais des contribuables. Mais les tests continueront d'être remboursés pour raison médicale, soit sans prescription pour les personnes déjà vaccinées, soit sur prescription pour les autres. Nous voulons également maintenir la gratuité pour les mineurs. La logique est de rembourser les tests liés à des motifs réellement médicaux, et de continuer à inciter à se faire vacciner » expliquait le premier ministre Jean Castex le 26 septembre dernier. Après 150 millions de tests réalisés en France depuis le début de la crise sanitaire, les tests RT-PCR et antigéniques ne seront désormais plus systématiquement remboursés. L’objectif du gouvernement étant de « continuer à encourager la vaccination, meilleure façon de se protéger et de protéger les autres, et clé de la sortie durable de la crise ».


Le personnel soignant doit afficher un shéma vaccinal complet


En effet, les tests continuent à être remboursés pour raison médicale, notamment si vous êtes cas contact, ou si vous avez une contre-indication à la vaccination. Une prescription sera nécessaire pour les personnes non-vaccinées. Mais, pour ceux qui n’ont pas d’ordonnance, il faut payer désormais. 43 euros pour un test PCR, et pour un antigénique entre 22 et 45 euros, selon l’endroit où il est réalisé, labo, pharmacie ou chez le médecin.
Aujourd’hui également, les professionnels du soin et l’ensemble du personnel hospitalier doivent pouvoir afficher un schéma vaccinal complet. 99% sont vaccinés selon le ministre Olivier Véran. Autour de 15.000 sont donc sous la menace d’une suspension de leur contrat de travail.