Hérault : le témoignage de l’organisateur d'événements Vincent Ribera après le retour des jauges

Comme lors des vagues précédentes, le monde du spectacle fait partie des premiers à être visé par des restrictions. Lundi, Jean Castex a annoncé la mise en place de jauges et les grands événements prévus en début d'année sont menacés, des reports ont déjà été annoncés. Le témoignage de l'organisateur héraultais Vincent Ribera.

29 décembre 2021 à 9h46 par Corentin Aubry

Photo d'illustration

Une fréquentation en baisse

 

Après les discothèques avant Noël, plusieurs secteurs font les frais de la dégradation de la situation sanitaire. Le monde du spectacle notamment. Dès hier, Orelsan a annoncé le report des premières dates de sa tournée. Le festival de BD d’Angoulême a aussi annoncé son report et il en est de même pour certains grands événements dans la région. Ce matin, le témoignage de l'organisateur héraultais Vincent Ribera. Les spectacles prévus dans les prochaines semaines ne sont pas concernés par les restrictions. Notamment une pièce de théâtre le soir du Réveillon à l'Atria de Nîmes qui est maintenue. Mais la période est très compliquée pour lui comme pour ses confrères.

Vincent Ribera

Une situation très compliquée à gérer pour certains de ses confrères

 

Le spectacle est donc maintenu vendredi avant le réveillon sur la scène de l'Atria, c'est la pièce « Le mari de ma femme » de David Fenouil qui sera jouée à partir de 19 heures 30. Les autres spectacles organisés par l’entreprise héraultaise prévus fin décembre et en janvier sont eux aussi maintenus. Mais entre un public très frileux et un avenir très incertain, la situation n'est pas très confortable selon lui.

Vincent Ribera