Montpellier : des caméras-piétons pour des agents de la TaM

Pour lutter contre les incivilités et sécuriser davantage le réseau de transports de la métropole de Montpellier, 16 caméras sont désormais mises à disposition des agents de contrôle, et seront utilisées dans un premier temps par les chefs d’équipe.

1er février 2022 à 10h18 par Corentin Aubry

Tam

Une mission quotidienne d'assistance, de contrôle et de sécurisation

 

Ce lundi 31 janvier, à la station de tramway Observatoire, Julie Frêche, Vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole, déléguée au Transport et aux Mobilités actives, Sébastien Cote, Adjoint au Maire, Délégué à la Protection de la population, à la Tranquillité publique et aux Affaires militaires, et Jean-Pierre Rico, Conseiller de Montpellier Méditerranée Métropole, Délégué à la Mise en place de la police des transports, ont lancé ce nouveau dispositif qui sera utilisé lors des opérations de contrôle. Le réseau multimodal faisant face à de nombreuses incivilités, la métropole de Montpellier indique que « Le rôle des agents de terrain a considérablement évolué ces dernières années et dépasse largement celui de la fraude, pour tendre vers un accompagnement global des usagers. Prévention, assistance, médiation, mais aussi respect du règlement et des consignes de sécurité dont le port du masque obligatoire sont au cœur des préoccupations ». Les équipes concernées ont été formées et sensibilisées au cadre légal, réglementaire et fonctionnel du dispositif. Un système qui s’inspire de ce qui a déjà été expérimenté dans d’autres villes françaises, et qui a entraîné une baisse des agressions sur les contrôleurs. D’ici quelques mois, un retour d’expérience des agents permettra « d'analyser les actions réalisées et contribuer ensemble à l'amélioration de la gestion des incivilités ».

 

Une police des transports en 2023

 

Ce dispositif est le fruit d’un partenariat mis en place entre la Métropole, TaM et la Police Municipale de Montpellier. Elle préfigure la mise en place en 2023 d’une police des transports, qui comptera 42 agents dédiés à la sécurité sur les 41 lignes de bus et les 4 (bientôt 5) lignes de tramway. « Les équipes interviendront 7 jours sur 7, en partenariat avec les agents TaM, les effectifs de la police nationale et de la gendarmerie. Entièrement équipée pour assurer des voyages en toute quiétude, cette police comprendra des patrouilles d’îlotage et de sécurisation, des patrouilles véhiculées ainsi qu’une brigade cynophile » détaille la métropole.