Revue de presse

La revue de presse du mardi 25 juin

25 juin 2019 à 09h20 Par Laurent Aubry
Brûlant, torride, bouillant, les qualificatifs les plus utilisés par la presse. La canicule a envahi les colonnes de nos journaux. Mais, on parle aussi d'urgences, de radon et de slips...

Les bons conseils pour faire face à la canicule 

Dans Midi Libre, un dossier avec notamment les bonnes pratiques à adopter pour se protéger de la chaleur et du soleil et subir le moins possible cet épisode. "Comment les écoles s'adaptent", le titre aujourd'hui à la une de Vaucluse Matin. Les épreuves du Brevet ont été reportées au début de la semaine prochaine. Et pour les élèves qui ont encore cours, la chaleur risque d’être insupportable dans les salles de classe. Le département du Vaucluse va prendre très cher aujourd’hui avec selon nos experts de Météo Languedoc 39 à Avignon et 40 degrés à Carpentras. Et ça devrait être pire dans les prochains jours. Le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône touchés également par un épisode de pollution à l’ozone avec sur les routes la réduction de la vitesse de 20 km/h au dessus de 70 km/h.  

La grève aux urgences de l'hôpital de Perpignan. Service minimum, comme d'habitude...

Le mouvement touche 130 établissements en France. Sur le thème récurrent du manque de personnel. L'Indépendant donne la parole aux patients, qui pour le coup portent bien leur nom. Et au personnel. Commentaire d’un des salariés. Pendant la grève, les urgences fonctionnent avec du personnel assigné et donc des effectifs réduits. Mais, pas de différence avec les autres jours, c'est tout simplement le quotidien des urgences.

A la recherche du gaz radon à Alès

Sur le site de France 3 Occitanie, ce test mené actuellement dans des logements pour détecter la présence éventuelle de radon qui provient de l’uranium, et qui est présent de façon naturelle dans les sols granitiques. Ce gaz peut être dangereux pour la santé. Des kits ont été distribués à des habitants qui se sont portés volontaires. Les résultats sont attendus prochainement. S'ils sont positifs, des travaux pourront être menés dans ces logements.

Sous les vignes, les slips

L'expérience évoquée par 20 Minutes Montpellier peut paraitre étrange, mais c'est du sérieux. Dans l'Hérault, des vignerons enfouissent des culottes en coton dans leurs vignes à une vingtaine de centimètres de profondeur. Objectif, évaluer la qualité des sols. Apparemment, c’est concluant. En quelques semaines, les caleçons ont été dévorés par les organismes qui peuplent les terrains. Il ne reste que les élastiques...