Actualités régionales

Prévention noyades : appel à "lucidité" des baigneurs

30 juillet 2020 à 10h03 Par Gaëlle Ohan-Tchélébian
Poste de secours, plage La Fontaine, Sète (Entrée n°13)
Crédit photo : Gaëlle Ohan-Tchélébian

Les températures sont en hausse et les vacanciers sont aux abords des plages. Déshydratation, sur-exposition, épuisement... Les causes de noyades sont multiples et chaque année l'Occitanie figure parmi les deux régions les plus touchées en nombre de décès... Pour éviter aux maximum les noyades, une campagne de prévention a été lancée début juillet pour la saison 2020... Maxime Jullian, sauveteur à Sète, pointe du doigt l'inconscience de certains baigneurs...

Si vacances riment avec détente, en Occitanie elles riment aussi avec noyades... Fléau estival en bord de méditerrannée, chaque année la région PACA suivie de l'Occitanie arrivent en tête de liste avec des centaines de noyades pendant la période estivale. Les causes peuvent varier, malgré tout Maxime Jullian, sauveteur à Sète, met l'accent sur "l'inconcience" de certains vacanciers. Selon lui, la période de repos peut amener les baigneurs à  "oublier des precautions essentielles".

"Savoir nager ne suffit pas"

A commencer par s'hydrater, la priorité pour éviter les drames... La raison est simple : "Cela peut provoquer des insolations, qui provoquent ensuite des malaises". Et qui dit malaise dans l'eau, dit noyade éventuelle. Ajoutée à une plage très fréquentée en été, le baigneur en difficulté peut ne pas être repéré dans l'immédiat, et y laisser sa vie. Le message: Anticiper et adopter un comportement responsable. Pour rappel, depuis le début de la saison (28 juin), près de 10 personnes ont déja perdu la vie à la suite d'une noyade, rien que dans l'Hérault. 

Aussi il est important de rappeler qu'une exposition trop longue au soleil peut au contact de l'eau, provoquer une réaction d'hydrocution. Et pour cause, la différence entre la température de l'eau et celle du corps qui a surchauffé, est trop grande. Autre cause d'hydrocution : le vent. "Il a tendance à faire baisser la température de l'eau, alors que l'air reste très chaud". Résultat: "cette dangereuse combinaison crée des phénomènes de chocs thermiques qui peuvent là aussi, amener le baigneur à se noyer"

"Rester humble et honnête devant ses capacités" 

Et ce n'est pas tout, les crampes ou encore la fatigue peuvent aussi causer des noyades. "Savoir nager ne suffit pas, encore faut-il connaître ses limites, et rester humble au regard de ses capacités ». Maxime Jullian le rappelle "on pense souvent maitriser l'élément, mais la réalité nous montre chaque année que ce n'est pas le cas". Certains phénomènes naturels comme le vent de terre, surpasse les capacités physiques humaines :"Ce vent a tendance à pousser les baigneurs au large". A ce titre, il souligne chez les secouristes une vigilence accrue vis-à-vis des nageurs confirmés, qui ont tendance à repousser les limites : "C'est là que les problèmes arrivent" prévient Maxime Jullian. Il explique que les "habitués" s'éloignent, dépassent les bannières de sécurité et finissent par s'épuiser. Pour lui la raison est évidente : très souvent les "bons" nageurs" sur-estiment leur capacité de résistance dans l'eau. 

"Quand bien même nous tentons de contrôler notre vitesse, le vent peut nous donner l'impression de nager plus vite, avec une sensation de grande facilité". Cependant une fois de retour, le vent se retrouve de face et il faut alors nager à contre courant : "Rien de plus épuisant, qu'on soit bon nageur ou amateur"

}) });