Situation sanitaire inquiétante dans la région selon l'ARS

420 cas pour 100.000 habitants en Occitanie. C'est le plus fort taux d'incidence des régions de métropole. Il s'est stabilisé mais à un niveau très élevé. 3 patients hospitalisés à Narbonne et Montpellier ont été transférés vers les Hauts-de-France.

11 août 2021 à 18h58 par Alexis Vivier

Jean Castex en visite dans la région, en pleine 4e vague épidémique.
Jean Castex en visite dans la région, en pleine 4e vague épidémique.
Crédit: Twitter ARS Occitanie

Le taux d'incidence élevé 

Les contaminations frappent de plein fouet les plus jeunes en ce mois d'août. Particulièrement la tranche d'âge des 20-29 ans où il dépasse les 1.000 cas pour 100.000 habitants, et les départements de l'Hérault, des Pyrénées-Orientales et du Gard. Autre élément inquiétant, la dégradation dans les hôpitaux. Avec une augmentation exponentielle du nombre de patients en réanimation. 

Hôpitaux au bord de la saturation 

Le point de rupture devrait être atteint dès la fin de cette semaine, et les évacuations ont débuté hier. 3 patients hospitalisés à Narbonne et Montpellier ont été transférés vers les Hauts-de-France.  

"La fatigue chez le personnel soignant se fait sentir. On note aussi qu'une grande majorité des patients COVID qui arrivent à l'hôpital sont des non-vaccinés..."

Le professeur Vincent Bounes dirige le SAMU de Haute-Garonne.

Les services de réanimation eux aussi sont engorgés. On devrait atteindre le point de rupture avant la fin de cette semaine. 

Hier, 3 premiers patients hospitalisés à Montpellier et Narbonne ont été transférés vers les Hauts-de-France. D'autres évacuations sont prévues dès aujourd'hui. Comme ailleurs, les patients COVID graves sont très majoritairement non-vaccinés. Mais attention “passe sanitaire” ne veut pas dire totem d'immunité. 

 

 

Professeur Jacques Reynes, CHU de Montpellier
Le professeur Vincent Bounes dirige le SAMU de Haute-Garonne.